Quel statut choisir pour faire de la médiation animale ?

Quel statut choisir pour faire de la médiation animale ?

Vous êtes nombreuses et nombreux à vous intéresser au développement de votre propre activité de médiation par l’animal : que vous soyez thérapeute, personnel médical ou simple passionné(e) d’animaux et d’humains, vous vous êtes sûrement demandé quel statut juridique adopter pour démarrer une activité de médiation animale.

Découvrir aussi : « elles ont fait une reconversion en médiation animale, qui sont-elles ? »

Devenir médiateur ou zoothérapeute (même si le terme diffère légèrement d’intervenant en médiation par l’animal) ne doit pas se décider sur un coup de tête, mais être mûrement réfléchi. Tour d’horizon des options les plus adaptées, selon votre situation.

Quel statut en médiation animale, si vous êtes employé(e) ou exercez déjà un autre métier, à temps plein ou à mi-temps, et rêvez de travailler à votre compte avec les animaux ?

Vous avez la passion et un contact fusionnel avec votre chien, votre chat, vos chevaux ou vos petits « nac », et vous aimeriez démarrer tranquillement une micro activité, sans perdre la sécurité de votre emploi ? La première chose que vous devez vérifier, c’est votre liberté d’exercer une activité parallèle. Notamment si vous avez un contrat de travail, vérifiez les clauses d’exclusivité), ou si la déontologie de votre profession vous empêche d’exercer cette activité. Bien entendu, si vous êtes déjà un professionnel de la médiation animale ou un zoothérapeute salarié, veillez à ne pas concurrencer votre propre employeur sur sa zone naturelle d’activité !

Tous les voyants sont au vert ? Alors vous pouvez commencer à vous tester, à tester votre capacité à gérer une petite activité en créant votre micro-entreprise. C’est le statut juridique le plus adapté pour les débutants de la médiation animale ! Contactez les institutions pour personnes handicapées, les EHPAD, les associations les plus proches, et révélez vos talents !

Pourquoi le choix du statut de la micro-entreprise en médiation animale ?

Ce choix est en réalité celui de la simplicité. D’abord parce qu’il vous suffit de remplir un formulaire en ligne pour devenir micro-entrepreneur, gratuitement. Aucun autre statut ne vous offrira autant de sécurité.

Le régime de micro-entreprise est très simple : vous facturez du chiffre d’affaires à vos clients sans aucune TVA, jusqu’à 82.800€ annuel (franchise de TVA pour l’achat/vente, et jusqu’à 33200€ pour les services), et déclarez trimestriellement les revenus de vos animations et séances à visée thérapeutique, qui seront taxés à hauteur de 22%. Ce prélèvement fait par l’URSSAF (et non le RSI, bonne nouvelle !) vous couvre notamment en termes d’assurance maladie ! Vous ne payez pas d’impôts sur les bénéfices. Attention votre revenu entrera tout de même dans le calcul de vos revenus pour vos impôts personnels.

En comparaison avec tous les autres statuts, celui-ci est économiquement plutôt avantageux pour démarrer votre projet de médiation en douceur : vous ne payez pas de frais de greffe, de dépôts de comptes, de déclarations en tout genre, ne dépendez pas du RSI dont le mode de calcul des cotisations est toujours très flou…

En cas de dépassement du plafond…

Vous avez encore de la marge avant de réaliser 70 000€ de CA, mais dans ce cas, ne paniquez pas ! La migration vers le statut d’entreprise individuelle se fait très facilement, mais vous pourrez également opter pour un statut de société (SARL ou SAS).

L’inconvénient du régime de micro-entreprise est votre incapacité à récupérer la TVA sur vos achats (vous supportez le total TTC) et à déduire vos charges dans le calcul de vos prélèvements (les sociétés étant elles taxées sur les bénéfices et non sur le Chiffre d’Affaires).

Opter pour le statut de la micro-entreprise est donc la meilleure option pour tester votre marché, « pour démarrer ». Surtout si vous avez peu d’investissements. C’est souvent le cas si vous vous dirigez vers la cynothérapie (médiation canine). De même en médiation avec des chats, des rongeurs ou des petits animaux de ferme que vous avez déjà. Si ça ne fonctionne pas, vous n’y aurez pas laissé vos plumes et pourrez facilement clôturer votre l’entreprise. Le succès grandissant, avec des charges plus lourdes à déduire, vous aurez cependant à opter pour un nouveau statut.

Prévoir votre croissance et une activité à temps plein en médiation animale : la société, statut le plus protecteur

Vous avez des clients (institutions, familles ayant la responsabilité de personnes en situation de handicap, seniors, etc.) et votre activité s’installe durablement dans le paysage local ? Il vous faut investir du temps et de l’argent et le statut de micro-entreprise n’est plus adapté pour vous ?

Réfléchissez à votre objectif et à la meilleure manière d’envisage l’avenir

Mon conseil : privilégiez un statut où vous êtes couvert contre la maladie, le chômage, et où vous cotisez pour la retraite. Excluez donc les statuts de gérant non salarié (entreprise individuelle et SARL) !

Osez la flexibilité avec la SAS

La SAS (société par actions simplifiée) – ou SASU (unipersonnelle) est une très bonne option dès lors que vous êtes déjà bien lancé(e). N’imaginez pas en créer une sans avoir la certitude que vous aurez une activité qui tourne bien. Malgré un apport de seulement 1€, vous aurez des frais au démarrage. Comptez par exemple entre 800 et 2000€ de frais de constitution (greffe du tribunal de commerce, publication au journal officiel, etc.).

La rédaction des statuts est libre, donc cela peut faire un peu peur au début, mais vous pouvez trouver des modèles gratuitement sur Internet ! Vous serez non pas gérant(e) mais président(e) de votre société, et aurez la possibilité de vous embaucher vous-même en tant que salarié(e), d’où la large protection dont vous bénéficierez. Bien-sûr, cela a un surcoût, mais ne négligez jamais les imprévus de la vie…

Le statut de SASU est encore plus adapté si votre centre animalier vous coûte cher !

Votre avantage principal sera la possibilité de déduire l’intégralité de vos charges et de récupérer la TVA : investissements, frais de déplacements, repas, entretien, locaux, taxes etc. Si vous avez un centre équestre, des volières ou autre qui vous coûtent cher, c’est l’idéal ! Vous serez imposés sur (1) vos bénéfices et (2) sur les salaires que vous percevez. Si vous vous déplacez beaucoup, c’est aussi avantageux. Si vous n’avez que très peu de charges, rester au statut de micro-entreprise reste pertinent.

Pour en savoir plus sur les avantages et inconvénients de la SAS/SASU, il existe de nombreux sites d’information sur Internet.
Attention, beaucoup de sites d’informations vous proposeront des services d’aide à la création de votre société. Ce n’est pas forcément mal, mais il vaut mieux le savoir : il n’est pas obligatoire de passer par eux.

Et si je créais une association pour être au plus près de l’esprit social et solidaire de mon projet animalier ?

Oui, mais pas tout(e) seul(e) !

Une association loi 1901 est une convention qui réunit au moins deux fondateurs qui poursuivent un même objectif, dans un but autre que le profit. Donc vous ne pourrez pas créer une association et en retirer un bénéfice (salaire ou autre).

Pourtant, il existe bien un moyen très utilisé, à manier toutefois avec prudence (les conseils d’un expert sont préférables).

L’avantage de l’association est qu’elle bénéficie d’un régime social et fiscal avantageux. La possibilité de faire appel à des bénévoles ou des services civiques, et de collecter des dons, éventuellement défiscalisés (pour les donateurs) est également appréciable. Par ailleurs, vous pouvez être intéressé(e) par des subventions réservées aux associations.

Devenez salarié de votre propre association

Mais attention ! Vous ne pourrez pas en vivre directement. Le seul moyen est d’en devenir le ou la salarié(e) – directeur/directrice par exemple. Cela implique que la gouvernance (président, trésorier, secrétaire) ne soit pas dans vos mains. Cela se pratique beaucoup et ne pose pas vraiment de problèmes. Vous devrez accepter de ne pas être légalement le maître à bord : la responsabilité incombant au Président, qui pourra néanmoins vous déléguer tout ou partie de ses pouvoirs.

A vous de voir donc si des personnes acceptent de partager votre aventure, ses joies et ses risques.

Mon conseil : la personne qui prend la présidence doit être quelqu’un en qui vous avez totalement confiance.

Et qui partage vraiment votre vision ! Sinon vous risquez qu’un jour votre propre projet vous échappe. Il est toutefois inutile que cette personne ne soit votre marionnette. Son œil et son contrôle seront fondamentaux, autant pour vous éviter de faire des bêtises (tout le monde peut se tromper) que pour ne pas paraître comme une présidence fantôme aux yeux de l’administration.

En médiation animale, il y a un statut pour chaque étape de votre projet

Si vous démarrez en médiation animale et n’êtes pas sûr de la réussite de vos projets, préférez un statut de micro-entrepreneur. Si vous commencez à avoir un beau chiffre d’affaires et de nombreuses charges et investissements en face, optez pour une société comme la SAS pour vous protéger et diminuer vos prélèvements, et si vous aimez l’atmosphère associatif (bénévoles, subventions etc.), confiez la présidence à un proche de confiance pour prendre un poste de directeur/trice salarié(e).

Tristan Ferré,
consultant, coach et fondateur de la formation « je lance mon projet animalier : fermes pédagogiques et médiation animale »

Vous souhaitez devenir entrepreneur animalier, et la relation homme / animal vous passionne ? je vous offre une formation en ligne gratuite : inscriptions ici

Cet article a 4 commentaires

  1. Bonjour.
    Je veux me mettre en auto entrepreneur j’arrive en fin de droit de mes indemnités chômage. Peut on avoir des aides financières pour cette création .. exemple demander des subventions .
    Merci .
    Cordialement.
    Isabelle Moreau

    1. Bonjour Isabelle,
      Il existe différentes aides en fonction de votre région et de votre statut juridique. Cela peut aller du prêt classique ou prêt d’honneur à taux zéro, à des subventions ponctuelles. Les subventions régulières sont plus compliquées à obtenir mais ce n’est pas impossible. Contactez-moi au 05 64 37 14 55 pour m’en dire plus sur votre situation afin que je puisse vous orienter.

Laisser un commentaire

Fermer le menu