You are currently viewing Comment créer une ferme pédagogique ou un parc animalier unique ? Par le choix des animaux !

Comment créer une ferme pédagogique ou un parc animalier unique ? Par le choix des animaux !

Que serait un parc animalier ou une ferme pédagogique sans animaux ? Vous avez pour projet de créer un lieu dans lequel l’humain rencontre l’animal, mais ne savez pas par où commencer ? Alors commencez par vous demander ce que sera son identité propre, sa spécificité !

Passionnés d’animaux, vous êtes nombreux au stade de la réflexion, du rêve ou du projet de monter un tel lieu d’accueil du public, dans le but d’élever des animaux et de les mettre au contact de visiteurs, libres ou guidés, ou dans le cadre de séances pédagogiques ou thérapeutiques. Vous aurez, bien-sûr de très nombreuses questions à vous poser, mais la plus importante reste quand même le « QUOI ». En d’autres termes, quels animaux allez-vous y mettre ?

Dans cet article, nous allons explorer 7 types de fermes pédagogiques ayant des identités très marquées, selon le choix de leurs animaux.

Pas envie de lire l’article ? Ecoutez-le !

Découvrez aussi notre article « Métiers animaliers : créer une ferme pédagogique ? »

1. La ferme des animaux Miniatures

Il s’agit d’une ferme ou d’un parc animalier qui présente des animaux sélectionnés pour leur taille modeste, voir miniature.

Parfois, cela répondra à une contrainte technique. Les fermes urbaines par exemple ont très peu d’espace. Elles préfèrent souvent choisir des races de petite taille, pour limiter le surpâturage. Mais cela peut aussi être dû à une adaptation à la cible de leur activité : proposer des petits animaux est particulièrement adapté à la toute petite enfance, aux personnes en fauteuil roulant, ou aux personnes fragilisées. En prime, les animaux sont généralement moins moins coûteux à l’entretien, et plus faciles à transporter, dans le cadre de fermes itinérantes.

Parmi les animaux miniatures, vous pouvez par exemple opter pour des ânes miniatures, ou encore des chèvres naines et des cochons . La Ferme de Tourelles (vidéo ci-dessous) en est un bon exemple.

source : http://www.les-anes-miniatures.fr/

2. La ferme refuge

Le concept de ferme refuge, ou de parc refuge, consiste à choisir des animaux qui sont issus de sauvetages ou d’abandons. Pour beaucoup de porteurs de projets, il s’agit de l’objectif-même du projet ! Un moyen d’offrir une seconde chance à des animaux malmenés par la vie (et surtout par l’humain).

Parmi ces animaux, on trouvera notamment :

  • Les animaux abandonnés : qu’ils soient abandonnés dans le refuge directement, ou auprès d’associations (SPA, Fondation B. Bardot…) qui faute de place se chargeront ensuite de les placer dans ces « fermes refuges »
  • Les animaux de réforme : mâles reproducteurs trop âgés, femelles plus assez productives, ou encore animaux de spectacle, de cirque ou de compétition en fin de « carrière ». Légalement, il s’agira généralement plutôt d’un don, plutôt que d’un abandon.
  • Les animaux de saisie administrative : ils peuvent provenir de saisies chez des particuliers ou des professionnels, pour maltraitance, mais également pour non conformité administrative (installations pas aux normes, absence de capacité…)

Ces animaux attirent forcément notre bienveillance, et notre compassion. Un tel projet pourra bénéficier d’un fort écho médiatique, et attirer des visiteurs solidaires. Les porteurs de projets doivent cependant être conscients des risques que cela comporte : des animaux plus vieux, souvent malades et donc coûteux ; des animaux choisis pour leur histoire et non pour leurs caractéristiques physiques (n’attendez pas une cohérence dans les races par exemple) ; des animaux dont les comportements ne conviendront pas à tous les publics.

Photo de chameaux rescapés du Parc Animalier Sud Gironde. Ces chameaux ont certainement un passé difficile
Photo de chameaux rescapés du Parc Animalier Sud Gironde

Si vous passez par le sud de la Gironde, nous vous recommandons vivement de découvrir le Parc Animalier Sud Gironde, l’un des nombreux exemples très inspirants en la matière.

3. La ferme thérapeutique ou la ferme « sécurité »

Qu’on se le dise, il s’agira ici bien plus que le choix des animaux. Une ferme ou un parc pédagogique se revendiquant de l’accueil de personnes fragilisées doit pouvoir offrir des infrastructures irréprochables et adaptées à différents handicaps.

Au-delà de la conception du site, le choix des animaux aura un réel intérêt :

  • Choisir des animaux à hauteur de fauteuil roulant
  • Choisir et préparer des animaux qui sont rassurants et calmes, ni brusques ni imprévisibles
  • Choisir des animaux dont le physique n’est pas un danger : cornes, griffes, sabots imposants, etc.
  • Privilégier les femelles plutôt que les mâles reproducteurs, les mâles étant souvent plus agressifs

Un porteur de projet qui prendra cette voie aura donc un large choix dans les espèces, et c’est la race qui aura toute son importance. Par exemple, on peut privilégier certaines races de moutons et de chèvres sans corne. De préférence des brebis.

4. La ferme sensorielle

Une ferme sensorielle serait une ferme dont les animaux présentent une caractéristique qui peut aider à la stimulation des sens. Je n’ai pas connaissance d’une ferme qui soit spécialisée dans ce domaine, mais à l’inverse, beaucoup de projets intègrent le sensoriel. C’est un modèle qui est donc compatible avec d’autres types de projets (ferme thérapeutique par exemple).

Quand on parle de stimuler les sens, on parle de tous les sens !

  • la stimulation visuelle sera la plus facile à mettre en place : jouer sur les couleurs, les tailles, et les robes des animaux (tâchés, rayés, unis…).
  • la stimulation tactile est sans doute la première qui nous vient à l’esprit quand on pense animaux et sensoriel : jouer sur les différents pelages, la douceur d’un alpaga, d’un lapin, ou d’un chinchilla par exemple
  • la stimulation olfactive : oui, les animaux peuvent sentir bon, et parfois ils peuvent puer ! Vous n’avez rien à cacher, les mauvaises odeurs ont un réel intérêt pédagogique.
  • la stimulation auditive : dans un tout autre registre, le parc zoologique de Paris a par exemple créé une application dans laquelle on peut écouter tous les bruits des animaux (les bruits du jour, les bruits de la nuit, et les bruits qu’on n’entend pas quand on est trop loin).
  • la stimulation gustative : en ayant une bonne formation et toutes les précautions d’hygiène, il est tout à fait possible d’accompagner la découverte des animaux par des dégustations (produits laitiers, miel,…).
Regardez ces cornes ! Si cet animal ne conviendrait pas à une ferme pédagogique "sécurité", il est idéal pour une approche sensorielle, n'est-ce pas ?
Regardez ces cornes ! Si cet animal ne conviendrait pas à une ferme « sécurité », il est idéal pour une approche sensorielle, n’est-ce pas ?

5. La ferme d’animaux exotiques

Vous voulez offrir une expérience de dépaysement à vos visiteurs, et leur proposer de voyager autour du monde ? Alors la ferme exotique est votre meilleure option ! En présentant des espèces atypiques, colorées, venues d’autres contrées, vous devriez attirer un public plutôt familial.

Pour cela vous avez deux options :

  • Vous limiter aux espèces les plus exotiques de la liste officielle des espèces domestiques (fixée par décret dans le droit français) : les camélidés, certaines perruches et oiseaux exotiques par exemple.
  • Accueillir des espèces non domestiques, mais attention des procédures strictes sont à respecter (certificat de capacité, autorisations administatives, etc.).

Vous l’avez compris, pas besoin d’être un grand parc zoologique pour offrir aux visiteurs un peu d’exotisme. Par contre, le nom est déjà pris alors il faudra trouver autre chose 😉 Et c’est encore en Gironde : https://www.fermeexotique.fr/

6. La ferme des animaux « terroir » ou la ferme « conservation »

Dans ce type de projet, vous défendez des races locales, ayant un intérêt historique ou culturel. C’est un sujet idéal si vous vous intéressez à l’éducation au monde agricole, à la paysannerie et aux races anciennes par exemple.

Une race d'animaux qui a failli disparaitre : l'Âsinerie du Baudet du Poitou restaure un âne menacé d'estinction
Image du site https://www.asineriedubaudet.fr/

En plus les sujets peuvent être très variés : l’âsinerie de Dampierre par exemple est un établissement départemental spécialisé dans la race Baudet du Poitou, et a permis de reconstituer une race d’âne qui était pratiquement éteinte. Elle défend ainsi un patrimoine historique, mais aussi la biodiversité en évitant une extinction.

Vous souhaitez découvrir plus de races « terroir » ? Je vous conseille un excellent livre Terroirs de France, animaux et produits, aux éditions E/P/A.

7. Le parc animalier thématique

le parc pédagogique Saint Nectaire présente des animaux mal-aimés : les myocastors
http://www.parc-pedagogique-saintnectaire.fr/

Attention à ne pas être trop généraliste ! Cette catégorie « ferme ou parc animalier thématique » veut tout et rien dire, je vous le concède. Alors prenons un exemple !

Découvrez par exemple le Parc Pédagogique Saint Nectaire, qui s’est spécialisé dans une espèce parce qu’elle est mal aimée : le Myocastor (ou « ragondin » pour les intimes). Un pari très intéressant et audacieux, car il s’agit là de faire de la pédagogie autour d’une espèce considérée comme invasive et « susceptibles d’occasionner des dégâts » (autrefois « nuisible »).

Miniatures, exotiques, locaux, sécurisants, sensoriels, réfugiés ou mal-aimés : il y en a pour toutes les sensibilités.

Vous l’avez compris, le choix des animaux est absolument essentiel dans la construction de votre projet de ferme pédagogique ou de parc animalier, car il détermine votre future identité, vos valeurs, parfois vos combats. Et par conséquent le type de publics que vous pourrez espérer toucher, accueillir et sensibiliser.

Ces 7 catégories sont purement théoriques, et il en existe des centaines d’autres. A vous de trouver votre inspiration, et de choisir vos animaux en conséquence.

Tristan FERRE, Entrepreneur Passionné

Tristan FERRE
Logo blanc Les Entrepreneurs Animaliers

Découvrez notre programme de découverte des métiers de pédagogie et de médiation par l’animal en 7 jours, complètement gratuit, en cliquant ici

Laisser un commentaire