Carine Gresse, interview de la fondatrice du clos des Renardises et membre du 1% pour la planète !

Carine Gresse, interview de la fondatrice du clos des Renardises et membre du 1% pour la planète !

Aujourd’hui nous retrouvons Carine Gresse, fondatrice du Clos des Renardises et membre du 1% pour la Planète. Carine possède plusieurs cordes à son arc en plus d’être fondatrice de cette association, elle est avant tout auxiliaire vétérinaire. Aujourd’hui illustratrice et rédactrice animalière naturaliste, soigneuse de la faune sauvage et porteuse de projet .

Bonjour Carine, tout d’abord pouvez-vous vous présenter ?

Tout d’abord je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mes activités. Je suis fascinée par les animaux depuis mes premiers mots et mes premiers pas, je n’ai pas connu la maison sans et je voulais “tout” savoir d’eux. J’ai un contact particulier avec eux, une entente réciproque naturelle, “mes têtes” parfois aussi comme avec mes congénères, une relation entière. J’ai grandi dans une famille qui avait cet amour et le respect du vivant, un nid douillet qui m’a élevée dans l’importance aussi d’apprendre et d’être responsable. C’est l’évidence pour moi de mûrir ma réflexion sur ceux qui ont partagé ma vie de près et ceux qui ne sont pas si loin après tout puisqu’on est tous à bord de la même planète. Ils ont toujours été la source de mes plus grands bonheur et de belles rencontres animales et humaines, de chagrins inconsolables aussi, je leur consacre ma vie personnelle et professionnelle, du mieux que je peux, il ne peut en être autrement. Et je désire aujourd’hui partager mes expériences et mes compétences avec le plus grand nombre car il faut connaître pour comprendre, comprendre pour aimer et aimer pour défendre et protéger. C’est important, c’est la clé de l’urgent sauvetage.

J’ai été ASV pendant plus de 20 ans en Belgique pour les chevaux, les animaux de ferme, les chiens, chats, nacs et la faune sauvage. Je suis arrivée en France il y a 6 ans et profitant de ce changement pour reprendre mes rêves là où je les avais laissés faute de temps : le dessins animaliers, l’écriture en micro entreprise et surtout ma passion pour quelques carnivores sauvages. Bénévole en centre de soins à la faune sauvage, administratrice à la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifère, j’ai élargi mon réseau et approfondi mes connaissances. J’ai obtenu le certificat de capacité pour le Renard roux, l’idée est devenue projet et Le Clos des Renardises est né.

Logo de l’association « Le Clos des Renardises »

Comment vous est venu cette passion pour les renards et les animaux carnivores ?

Il est mon premier amour animal, ma première rencontre sauvage. Mon Bon-Papa avait un don, celui de me faire vivre les histoires qu’il me contait. Il m’emmenait en balade par tous les temps. Un matin à l’orée du bois un coup de feu a retenti. Haute comme trois pommes ma main s’est resserrée dans la sienne et alors que je l’interrogeais, Il a bondi d’un buisson, devant nous, une flamme rousse. Il s’est arrêté net aussi surpris que nous sans doute, il ne s’est pas enfui. Je n’oublierai jamais son regard, ses yeux ambres dans les miens, le pacte se scellait. On peut dire qu’on ne s’est plus quitté. Je vivais à la campagne, il jouait sous ma fenêtre, glapissait dans les nuits enneigées, se reposait au soleil, mulotait dans mes prés, du haut de mon cheval il se faisait moins farouche encore et ne quittait pas mes rêves qu’il tissait adroitement. D’autres canidés se sont immiscés, une amitié extraordinaire avec chienne sauvage à un moment où nous en avions besoin; une louve européenne a partagé deux ans de ma vie, c’est une très longue histoire. Je pense sincèrement que cette passion était en moi, innée. Pourquoi lui, je ne sais pas, comme s’il m’avait choisi, c’est étrange, intense, il est dans ma nature.

« Faire connaître et reconnaître la faune sauvage de nos contrées »

Quel est le but de votre association le clos des Renardises ? Quels sont vos objectifs dans le futur ?

Le but de mon association est d’informer, d’éduquer, de sensibiliser, d’abord par divers moyens pédagogiques – animations, activités, ateliers – de faire connaître le Renard roux en tant qu’animal emblématique au fort potentiel médiatique, de le réhabiliter à sa juste valeur bio-écologique au nom d’autres espèces, d’inviter à la réflexion afin de faire évoluer des mentalités pour un meilleur respect de l’animal et la nécessité de la conservation/préservation des espaces de naturalités. Le Renard allégorique pilleurs de poulaillers, vecteurs de la rage et d’autres pathologies qui méritent également d’être mieux connues pour mieux en juger est le stéréotype affublé du double statut de gibier et d’espèce susceptible d’occasionner des dégâts, injustement chassé, tiré, piégé, empoisonné et déterré toute l’année, en tout lieu et de façon parfois très cruelle (ce que nous essayons aussi de faire changer par diverses implications). Le Renard, utile même à ses détracteurs et un maillon indissociable de la biodiversité au même titre que l’ensemble du vivant.

Notre second objectif est la création d’un Centre Refuge (pas un centre de soins) qui accueillera des Renards roux contraint à la captivité définitive pour diverses raisons (handicap, imprégnation,…) inhérentes à des activités humaines. Le projet d’intention est approuvé en DDT. Accueillis dans des conditions spécifiques en fonction de l’espèce et de l’individu, ils seront les ambassadeurs témoignant de leur présence de l’importance de respecter le vivant dans son contexte et de responsabiliser chacun. Emblématique de nos campagnes au capital sympathie évident, représentant des espèces mal aimées (mal connues) nos rescapés marqueront les esprits de leur noms, un “plus” pour un des acquis durables. Cette alternative à l’euthanasie soulève également une réflexion éthique, notre relation à l’animal et des questions auxquelles nous répondons. D’autres petits carnivores nuisibles rejoindront potentiellement les Renards (dossier d’extension de certificat en commission) Faire connaître et reconnaître la faune sauvage de nos contrées souvent méconnue et non moins fascinante complètera les connaissances qu’ont certains déjà des animaux plus exotiques.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi avoir adhéré au 1% pour la planète ?

Le contexte actuel engendre des vocations, les consciences s’éveillent, les idées fusent, les défenseurs de la nature ressentent l’urgence et les démarches se développent, des associations de protection de la nature éclosent partout dans le monde à divers niveaux mais avec un but commun. Malheureusement le domaine de l’environnement ne bénéficie pas encore de fonds suffisamment conséquents à consacrer à l’indispensable. Et la demande croît. Le Clos des Renardises porte un projet de sensibilisation à la biodiversité par le biais de la protection de l’animal sauvage autochtone représenté par le Renard roux et espère sortir de l’ombre, il n’y a pas de moindre cause, il n’y a que celles que l’on porte avec sérieux et conviction. Le concept d’1% pour la Planète d’augmenter la philanthropie environnementale et de favoriser l’impact des associations de protection de l’environnement toujours en mal de subsides pour la réalisation de leurs missions est une aubaine. C’est aussi l’occasion par ces moyens mis en œuvre non pas de “confronter” les entreprises donatrices mais de les sensibiliser à des causes qu’elles ne soupçonnaient peut être pas ou qui les interpellent. Nous avons besoins de fonds pour mener à bien notre projet, du bâti et du terrain, des installations spécifiques, nous avons réuni le matériel nécessaire au fonctionnement, nous avons déjà des accords de principe sur des aides à la réalisations d’enclos, un futur partenariat vétérinaire, le contrat “nutrition” mais le plus lourd reste à acquérir, le bien immobilier. Un coup de pouce aurait un impact stratégique pour lancer la machine et faire du Clos des Renardises une référence pérenne. Nous remercions par avance les entreprises qui porteront de l’intérêt au projet et sommes à leur disposition pour toutes les informations et renseignements.

Comment va agir votre association dans le cadre du 1% pour la planète ?

Nous avons timidement mis en œuvre quelques actions pour divers publics lors de Salons, de festivals, d’expositions, de conférences à un niveau local, perturbées par le contexte sanitaire. Ce temps n’a pas été perdu pour autant et nous avons créé notre site, des supports pédagogiques et didactiques, réalisés des reproduction de mes dessins et objets dérivés, je me suis formée aussi à la pédagogie et médiation animale et nous travaillons à des programmes d’animations pour les scolaires que nous démarcherons prochainement. Nous avons réuni du matériel pour le futur Centre Refuge, entamé les recherches du site idéal pour l’y développer et surtout envisagé les moyens pour y parvenir. Même si nous nous voulons apolitique, nous nous investissons avec et via d’autres associations dans la protection de l’environnement, la défense des espèces protégées ou non et le partage avec le plus grand nombre. Nous nous engageons à mener au mieux, avec authenticité et dynamisme cette cause qui nous tient à cœur, de lui faire sa place dans le cœur d’une majorité. Attendre qu’une espèce soit en danger d’extinction pour s’en préoccuper au prix d’efforts parfois vains parce que trop tard est un non-sens.

Enfin pour finir cette riche interview, que vous apporte les Entrepreneurs Animaliers en tant que mécène ?

Ma collaboratrice m’avait dirigée vers un lien qu’elle avait trouvé et jugé intéressant : les Entrepreneurs Animaliers. Ils proposaient alors une semaine de coaching test. Les formations en pédagogie et médiation animale et en gestion de ferme pédagogique ont trouvé un sens dans mes propres projets qui s’en rapprochent version faune sauvage. Le contact était pris avec l’initiateur et les démarches entamées pour trouver des financements mais je n’avais aucun « droit à la formation ». L’intérêt que nous portions pour nos activités respectives a débouché sur une solution. Le Clos des Renardises a déposé un dossier et est devenu récipiendaire de 1% pour la Planète. Les Entrepreneurs Animaliers sont membres et m’ont proposé un mécénat de compétences pour les formations utiles à mon association. Un coup de pouce pour les projets car en plus de nouvelles habilités reconnues, l’intérêt porté par cette entreprise au Refuge m’a donné un regain de motivation. L’accompagnement et leur disponibilité qu’ils accordent durant toute la durée des cours et au-delà apportent une dimension plus dynamique dans l’avancée du planning à l’ébauche. La direction se fait plus nette, des idées naissent ou évoluent, le regard extérieur et aguerri conforte. A chacun ses compétences, quand elles sont complémentaires, l’aboutissement est dans la ligne de mire, il se dessine plus précis, réalisable. Je les remercie sincèrement.

Merci Carine pour cette interview, en vous souhaitant le meilleur pour la suite. Vous pouvez retrouver son site web juste ici -> https://cgresse.wixsite.com/leclosdesrenardises ainsi que la page Facebook de son association : https://www.facebook.com/leclosdesrenardises .

Laisser un commentaire